PSG

Et maintenant, Depay ?

Commentaire(s)
Memphis Depay est dans le viseur du PSG.
Memphis Depay est dans le viseur du PSG.

A moins de vingt-quatre heures de l'ouverture du mercato hivernal, l'international néerlandais Memphis Depay serait la nouvelle piste étudiée par le PSG pour renforcer sa ligne d'attaque.

Si la probabilité de voir le Paris Saint-Germain recruter cet hiver s'amenuise, la liste des joueurs auxquels le club de la capitale s'intéresse ne fait que s'allonger, à la veille du mercato. Le fair-play financier rodant encore et toujours autour du Parc des Princes, Paris ne peut pas envisager de se renforcer sans vendre. Les situations délicates d'Ezequiel Lavezzi et Edinson Cavani, absents du stage de reprise à Marrakech, ont longtemps laissé croire que le PSG pouvait être tenté de s'en séparer, mais il n'en sera rien, assure-t-on en interne.

Depay, le profil idéal

Toutefois, Laurent Blanc continue de prospecter au sujet d'une éventuelle recrue offensive, notamment dans le couloir gauche, et susceptible de disputer la Ligue des Champions (huitièmes de finale face à Chelsea). Après Eriksen, Januzaj, De Bruyne ou encore Pedro, le nom de Memphis Depay aurait été coché, selon Le Parisien. Révélation du dernier Mondial avec les Pays-Bas (2 buts), le jeune attaquant néerlandais (20 ans) a déjà inscrit 16 buts en 20 matches avec le PSV Eindhoven, cette saison, et présente l'avantage de pouvoir disputer la C1 (le PSV n'est pas engagé en 2014-2015). Ses qualités de dribbles et de percussion pourraient apporter une réelle plus-value à l'effectif de Laurent Blanc, mais aussi et surtout une concurrence accrue à des joueurs en manque d'implication, tels qu'Edinson Cavani et Ezequiel Lavezzi, justement.

Mais avec une marge de manoeuvre quasi-nulle, il sera très compliqué d'aller convaincre les dirigeants du PSV de lâcher Depay, qui avait fait l'objet d'une offre de 20 M€ de Tottenham à l'été dernier, sans que les dirigeants hollandais ne daignent s'en séparer. Autant dire que les chances de le voir débarquer dans la capitale dès cet hiver restent donc très faibles.