PSG

Verratti, Tuchel, le début de saison... Daniel Riolo décrypte l'actu du PSG (exclu Madein)

Riolo évoque le PSG
Riolo évoque le PSG

Interrogé par nos soins, Daniel Riolo a décrypté l'actualité du club parisien. Ses critiques sur Marco Verratti, son avis sur le mercato et l'arrivée d'Idrissa Gueye, les premiers matchs du PSG cette saison, l'éditorialiste de RMC n'épargne aucun sujet.

Parlons un peu du PSG… Est-ce qu’il y a matière à s’emballer ou préférez-vous attendre le mois de mars ?
"Avec le PSG, c’est toujours la même histoire. J’ai l’impression que les gens n’ont pas de mémoire. L’année dernière, le début de saison est fantastique, ça aligne des scores bien plus haut que cette année. Ça avait mis un peu de temps à se mettre en route en Ligue des Champions pour finalement terminer premier de sa poule devant Liverpool, avec un superbe avant dernier match de poule. Ils étaient allés gagner à Belgrade facile, alors que les deux autres (Liverpool et Naples, ndlr) ne l’avaient pas fait. Résultat, enflammade générale, et puis après ? Comme d’habitude. Et là, c’est pareil, il n’y a pas matière à s’emballer, à tirer des conclusions. Franchement, je veux bien qu’il faille parler, mais il faut se calmer, c’est toujours la même chose avec le PSG. C’est toujours en mars qu’il y a la vraie vérité."

Ce mercato a pourtant été une franche réussite cet été, notamment avec l’arrivée d’Idrissa Gueye…
"Cette année, ils ont effectivement renforcé l’équipe dans des secteurs où ils en avaient besoin; notamment au milieu où c’était assez pauvre. Là, il y a des joueurs plus costauds, Gueye et Herrera je pense que c’est très bien. Devant aussi, il y a des remplaçants. Je pense que l’effectif est meilleur que l’an dernier."

Revenons sur vos nombreuses critiques concernant Marco Verratti ces dernières semaines. N’avez-vous pas l’impression d’être à contre courant le concernant ?
"Ce n’est pas que je ne l’aime pas trop, j’essaie d’apporter de la nuance par rapport à ce qu’il est, ce qu’il pourrait être et son évolution au fil des années. Comme il passe tout le temps au travers des critiques, tout ça, je remets les choses en place. Vu que je suis le seul à le faire, ça donne l’impression que je le trouve nul mais absolument pas, je trouve que c’est un super joueur. Tout le monde dit que c’est un joueur génial, je leurs réponds : ‘faites moi une hiérarchie des milieux en Europe et on va voir où il se situe’. Tout le monde le trouve génial, dites moi ce que ça a donné dans les matchs importants et quelle est son évolution au PSG. Il parait qu’il s’est calmé cette année à 27 ans, qu’il a arrêté de sortir, que l’arrivée de Gueye lui a fait du bien et qu'il s’est mis du plomb dans la tête. Ok génial, mais permettez moi, non pas d’en douter, mais d’attendre pour voir ce que ça va donner. C’est tout. Mais arrêtez de me dire qu’il est génial ! On fait une hiérarchie des milieux en Europe, il n’est pas dans le top 10. Ça reste un très bon joueur, mais ce n’est pas un grand joueur."

A l’inverse, vous prenez très souvent la défense de Thomas Meunier. Pourquoi ?
"Des trois susceptibles de jouer arrière droit (Meunier, Kehrer, Dagba, ndlr), c’est le meilleur. Donc je ne comprends pas pourquoi il souffre de ce délit de sale gueule, que Tuchel ne l’aime pas et qu’il préfère Dagba ou Kehrer. C’est tout. Meunier n’est pas le meilleur arrière droit d’Europe mais c’est le meilleur des trois. J’aimerais qu’on l’installe et qu’on lui dise : ‘c’est toi le titulaire’. Basta."

Thomas Tuchel est-il l’homme qui fera franchir un cap au PSG ?
"Comme on l’a déjà dit, on verra bien au mois de mars. L’année dernière, on y a cru après le match à Manchester et au retour il a coulé comme tout le monde. Dire aujourd’hui que Tuchel va y arriver ? Non ! En tout cas, c’est le seul entraîneur qui a autant de pression d’effectif à gérer car il n’y a pas autant de joueurs stars à mettre sur le banc. Ce n’est pas facile à gérer."