OL

Aulas revient sur la polémique du Qatar

Jean-Michel Aulas estime que la Ligue 1 est en retard sur la Premier League
Jean-Michel Aulas estime que la Ligue 1 est en retard sur la Premier League

Deux jours après sa sortie remarquée sur le "championnat du Qatar", Jean-Michel Aulas est revenu, lundi, sur cette déclaration tenue dans "un contexte convivial". Le président de l'Olympique Lyonnais a surtout évoqué sa vision de la Ligue 1, très en retard sur ce que fait notamment la Premier League.

Ce n'est un secret pour personne, Jean-Michel Aulas reste un spécialiste de la communication. Depuis des années, le président de l'OL n'en finit plus de s'attirer les foudres de ses détracteurs. C'était le cas, samedi soir, après sa réplique prononcée en zone mixte, dans les travées du Parc OL. Après la victoire face au Gazélec Ajaccio (2-1), les Lyonnais pouvaient ainsi se plonger dans leur "finale" pour la deuxième place, face à Monaco, samedi prochain. Une finale "du Championnat de France car le Qatar ne fait pas partie de la France", a estimé Aulas. Face au tollé qu'il a pu provoquer, le principal intéressé s'est expliqué, lundi soir.

"Le contexte était un contexte convivial, tout le monde imaginait que ça allait être une finale (Lyon-Monaco, samedi soir), a martelé JMA sur RMC. J’ai simplement voulu montrer que le PSG est tellement supérieur à ses autres candidats, que ce match serait une finale pour le reste du championnat. Dans toute boutade, il y a toujours un bon côté. C’est du Jean-Michel Aulas. Je donne la possibilité à l’équipe de se cacher derrière une déclaration. C’était une technique pour mettre en valeur un grand match."

"Pas possible de voir émerger un Leicester français"

Le président lyonnais a aussi souhaité aller plus loin que cette punchline. Et il n'a pas manqué de pointer du doigt le retard actuel de la Ligue 1, notamment sur son homologue anglaise. "Quand on imagine que je dis cette chose-là, c’est aussi pour montrer qu’il y a un problème dans le championnat français. Si le champion termine avec 30 points d’avance tous les ans, c’est qu’il y a un problème, a-t-il assuré. Il n’est pas possible de voir émerger de Leicester français. On est dans l’étape d’avant. Maintenant il va y avoir 2,3 milliards de droits TV en Angleterre par saison. Mais avant, il y avait quatre clubs et les autres. Les Anglais ont fait en sorte que chaque club touche, au minimum, trois fois le montant qui est versé au champion français. Vous donnez ainsi la possibilité à tout le monde de construire une grande équipe. Il faut créer un Big Four à la française."

Mais pour Jean-Michel Aulas, il va encore falloir du temps avant que les choses puissent se mettre en place. "Quand le Qatar Tourism Investment donne 150 millions d’euros au PSG, il y a 150 millions d’écart avec les autres clubs. Dans quatre ans, quand la LFP aura travaillé, et tenté d’avoir des droits TV de l’ordre de deux milliards également (780 millions pour la Ligue 1 environ), les choses changeront, a-t-il assuré. Quand il était en concurrence sur un certain nombre de joueurs, Leicester avait la possibilité d’aligner quelques dizaines de millions, et la masse salariale était également extensible. Mis à part Chelsea, qui était mal parti cette saison, il n’y a pas autant de différence de niveau en Angleterre. Si on veut bien vendre notre championnat partout, il faut qu’il y ait de la compétitivité en Ligue 1."