LDC

La gestion émotionnelle des Parisiens pose question dans les grands matchs

Commentaire(s)
Le PSG interroge
Le PSG interroge

Depuis 2017 et la remontada, la gestion émotionnelle des matchs couperets pose problème du côté du Paris Saint-Germain. En effet, après avoir bien négocié leurs matchs aller, comme face au Barça et Manchester United en 2019, les Parisiens sont souvent paralysés par l'enjeu du retour, alors qu'ils sont virtuellement qualifiés au coup d'envoi. Un mal qui ronge l'effectif, année après année...

Arriver en huitième de finale de la Ligue des Champions est une chose commune au Paris Saint-Germain depuis l'arrivée de QSI. Depuis 2012, les Rouge-et-Bleu participent à chacune des phases finales de la coupe d'Europe mais ne parviennent pas à franchir le cap des quarts de finale. Certes, la campagne de l'an passé, qui a été bouleversée par le Final-8 et les matchs uniques, a permis aux Parisiens d'accéder à la finale de la Champion's League mais le 8e de finale retour d'hier soir a déterré des fantômes...

En effet, comme face au Barça en 2017 et Manchester United en 2019, le PSG a démarré la rencontre en étant virtuellement qualifié pour les quarts de finale. Alors qu'il parait plus compliqué de courir après un score plutôt que de le conserver, les Parisiens peinent dans cet exercice, la faute au violent traumatisme de 2017. À l'inverse, quand ils ont été dos au mur contre Dortmund l'année passée, et qu'ils devaient obligatoirement l'emporter, la bande de Kylian Mbappé s'est montrée à la hauteur de l'évènement. De même lorsqu'il n'y avait aucun calcul à effectuer avec le Final-8 et les matchs uniques... Alors, qu'est ce qui cloche dans la gestion émotionnelle du PSG sur les matchs aller/retour ?

L'influence des désillusions passées...

Dans le football de haut niveau, le mental fait clairement la différence. Si la qualité technique des différentes équipes est décisive, la concentration et la capacité de gérer le stress ou un scénario sont les facteurs les plus importants à prendre en compte. Le conditionnement mental n'est donc clairement pas bon dans la capitale, il suffit juste de se rappeler de l'épisode de la pizzeria entre Verratti, Matuidi, Meunier et Draxler quelques jours seulement avant le match retour face au Barça en 2017. Les quatre hommes évoquaient à ce moment-là la possibilité de perdre 5-1 et de se qualifier quand même grâce à la victoire 4-0 à l'aller...

Face à Manchester United, les Parisiens sont aussi passés au travers. Les erreurs de Thilo Kehrer, Gianluigi Buffon et la main de Presnel Kimpembe (qui amène un pénalty très litigieux) témoignent, aussi, des failles mentales des joueurs de la capitale sur cette rencontre. Paralysés par les évènements, et la possibilité d'encaisser de nombreux assauts adverses, les joueurs de Thomas Tuchel avaient fini par reculer et craquer. Hier, dès le coup d'envoi, le PSG a clairement montré ces mêmes signes de fébrilité. Mais Keylor Navas a empêché l'existence d'une remontada bis en sortant un match monstrueux, couronné de 9 arrêts.

"Il y a trop d'influences négatives"

Après la rencontre, Mauricio Pochettino est revenu sur la mauvaise appréhension mentale de ses hommes. L'Argentin, arrivé au mois de janvier, estime que ces joueurs ont eu un déclic sur le plan mental durant la rencontre, preuve qu'un petit quelque chose gêne les Parisiens depuis quelques temps. "Nous avons senti ce qu'il s'était passé ces derniers jours, il y avait beaucoup de pessimisme et cela n'a pas aidé l'équipe. Mais ce groupe a démontré toute sa force, c'est un vrai déclic sur le plan mental" a-t-il déclaré en conférence de presse. Sur RMC, le technicien a eu un discours semblable, où il évoque notamment les influences négatives : "Je crois qu'en première période nous avons trop gambergé sur le terrain, on ne pensait pas au jeu mais à cette qualification. Je leur ai dit. Il y avait trop d'influences négatives. Il fallait penser au jeu et oublier ces influences".

À l'image d'un grain de sable dans l'engrenage, le PSG semblait pétrifié par la peur d'une nouvelle désillusion. Cette fois, en éliminant le Barça, Paris a définitivement tourné la page liée au FC Barcelone comme l'a expliqué Marquinhos. Espérons, désormais, que la gestion émotionnelle des Parisiens soit plus simple pour les prochains matchs...