Euro 2020

Sarabia entre en jeu, l'Espagne bute sur Robin Olsen et la Suède (résumé et notes)

L.P
Pablo Sarabia, le milieu de terrain offensif du Paris Saint-Germain et de l'Espagne.
Pablo Sarabia, le milieu de terrain offensif du Paris Saint-Germain et de l'Espagne.

Dominatrice mais inefficace puis stérile, l'Espagne a buté sur Robin Olsen et la Suède (0-0), ce lundi soir au Stade Olympique de Séville, pour le compte de la 1ère journée de la phase de groupes (E) de l'Euro 2020. Les deux sélections, suite à ce triste nul, se partagent la deuxième place de la poule (1 point).

Euro 2020 - Phase de poules / Groupe E

Espagne
0 - 00 - 0 Suède

Sous la chaleur de l'Andalousie, l'Espagne a entamé sa partie avec allant, dominant outrageusement le premier quart d'heure. Sur sa première grosse accélération, la sélection ibérique est même passée tout, tout près de l'ouverture du score. Mais Robin Olsen s'est montré décisif en se fendant d'un arrêt de très grande classe sur une tête piquée de Daniel Olmo (16ème). Dominée dans les grandes largeurs et en grosse souffrance (90% de possession de balle pour l'Espagne après vingt minutes de jeu), la Suède s'est avérée incapable de poser le pied sur le ballon. C'est bien simple, l'équipe scandinave, certes appliquée sur le plan défensif, n'a pas déployé la moindre bribe d'action. Clairement dans le dur et visiblement gênés par le climat sévillan, les Suédois ont au moins eu le mérite de garder leur cage inviolée, bien aidés il est vrai par le manque d'adresse des Espagnols. Ainsi, en milieu de première mi-temps, c'est d'abord Koke qui a raté de peu le cadre sur une frappe de l'extérieur du pied droit (23ème). C'est ensuite Alvaro Morata, profitant d'un ballon piqué anodin de Jordi Alba et d'une grossière erreur de lecture de Marcus Danielsson, qui a perdu son duel face à Robin Olsen, envoyant sa frappe enroulée du pied droit à quelques petits centimètres du but (38ème). Décevante et passée tout près de la correctionnelle, la Suède est finalement parvenu à sortir la tête de l'eau peu avant la pause. Les Scandinaves ont même à leur tour flirté avec l'ouverture du score, via Alexander Isak, auteur d'un beau petit numéro dans la surface terminé par une frappe qui a trouvé Marcos Llorente sur la ligne puis le poteau de Simon Unai (41ème). Très sérieusement avertie sur ce coup, la Roja a alors rapidement répliqué mais Robin Olsen, encore lui, d'un arrêt délicat mais salutaire, a empêché Daniel Olmo d'ouvrir la marque quelques toutes petites secondes avant la pause (45ème).

L'ESPAGNE RONRONNE, ROBIN OLSEN INFRANCHISSABLE

Au retour des vestiaires, l'Espagne a encore dégainé la première. Mais, une nouvelle fois, Alvaro Morata, décidément bien maladroit ce soir, a manqué de précision pour faire mouche, expédiant sa tentative du pied droit des 16,50 mètres au ras du poteau de Robin Olsen (50ème). Globalement plus sereine que lors du premier acte, la Suède n'a alors pas mis longtemps à répondre à cette belle occasion. Évidemment, cette réaction est venue d'Alexander Isak. L'attaquant de la Real Sociedad, seul joueur de sa sélection à sortir du lot, s'est fendu d'un nouveau joli numéro, se débarrassant de trois adversaires dans la surface pour servir sur un plateau Marcus Berg. Seul au second poteau, l'avant-centre du FK Krasnodar a alors raté le cadre, envoyant son plat du pied du droit au-dessus du but (61ème). Une nouvelle très chaude alerte pour les hommes de Luis Enrique, qui a ensuite tenté d'apporter de l'énergie à son équipe avec les entrées simultanées de Tiago Alcântara et Pablo Sarabia (66ème). Les deux hommes ont apporté un peu plus de fraîcheur et de fluidité au jeu de la Roja. Mais la Suède, malgré la fatigue, malgré six longues minutes de temps additionnel, est parvenue à tenir bon jusqu'au coup de sifflet final. Elle peut clairement remercier Robin Olsen, tout bonnement infranchissable. En effet, le dernier rempart scandinave, en toute fin de match, a sauvé le point du nul en s'interposant d'un magnifique arrêt réflexe sur une tentative de la tête de Gerard Moreno (90ème), puis en captant sur sa ligne une reprise de la cuisse de Pablo Sarabia (90ème+2).