PSG

Une pluie de critiques s'abat sur Thomas Tuchel

Commentaire(s)

Pas plus inspiré que ses joueurs, mardi soir à Dortmund, Thomas Tuchel concentre les critiques après une défaite qui a mis en lumière ses atermoiements tactiques et son manque de poigne.

Il existe heureusement des manières moins ridicules de remettre en cause le management de Thomas Tuchel qu'en l'insultant, comme a jugé bon de le faire le frère de Presnel Kimpembe la nuit dernière. Il y a des faits à présenter, des interrogations à formuler et des choix à contester, comme celui d'aligner une composition surprenante au coup d'envoi de ce 8e de finale aller de Champions League : un 3-4-3 que le PSG avait abandonné depuis quelque temps et dont les titulaires étaient pour la plupart en manque de rythme. C'est principalement sur ce point que l'entraîneur allemand est vivement critiqué depuis mardi soir.

"Deux mois à bosser le 4-4-2, au final tu rechanges tout", déplorait notre confrère de L'Equipe Sébastien Tarrago avant-même le coup d'envoi. "Choix tactique, gestion des physiques, coaching, Tuchel a eu tout faux hier soir", a résumé Pierre Ménès avec le recul. Consultant pour RMC, Christophe Dugarry s'est montré plus incisif, à chaud, après le coup de sifflet final. "À l’arrivée, tu mets 5 mecs derrière pour un seul attaquant qui est Haland. Qu’il m’explique ce qu’il a voulu faire. Quel problème il a voulu résoudre en jouant à 5 derrière. Je ne comprends pas la logique. Je comprenais celle du 4-3-3 mais celle du 5-2-3 (ou 3-4-3, ndlr) je ne la comprends pas, cette tactique n’a aucune cohérence."

Daniel Riolo : "virer Tuchel maintenant"

Pour se défendre, Tuchel a rappelé en conférence de presse qu'il avait testé ce système à trois axiaux sur la pelouse de Dijon, la semaine dernière, en alignant ensemble Thiago Silva, Thilo Kehrer et Tanguy Kouassi. "Je n'ai pas de regret", a-t-il assuré. Une explication qui n'a pas convaincu grand monde, voire même accentué l'impression qu'il s'est trompé et a persisté dans son erreur, en gardant le même schéma de jeu jusqu'au terme de la rencontre. Le manque de rythme constaté chez certains joueurs, bien qu'il ne puisse en être tenu comme l'unique responsable, peut aussi être mis à son passif. Le coup de gueule de Neymar à ce sujet, même s'il semble adressé au staff médical du PSG, n'aide en rien son coach avec qui le ton est d'ailleurs légèrement monté en cours de match.

Au-delà de l'aspect tactique, Tuchel s'est révélé incapable de remettre ses hommes sur le droit chemin dans la Ruhr. "Plus que sur le jeu, il va falloir travailler sur les têtes. Tuchel nie tout problème de ce côté-là. Emery avait nié aussi. Les deux ont été humiliés en Europe", rappelle froidement un autre observateur avisé du PSG, Daniel Riolo, lui aussi irrité par le management de l'Allemand... Au point d'émettre l'idée d'une éviction imminente pour créer un "électrochoc". "Virer Tuchel maintenant. Tenter le gros coup. Allegri ou Pochettino sont dispos. Au point où en est le PSG, qui sait quelle est la meilleure solution ? Est-elle forcément dans la raison ? Paris se meurt de ses habitudes. Autant essayer d’en sortir avec fracas." A moins d'un énorme coup de tonnerre, le Qatar ne réclamera pas sa tête à court terme et Tuchel aura bien l'occasion de se rattraper, dans trois semaines au Parc des Princes.