Tuchel prévient, il n'acceptera "pas moins" de ses hommes


Le technicien allemand ne tolérera aucun relâchement
Le technicien allemand ne tolérera aucun relâchement

A la veille du déplacement parisien sur la pelouse de Monaco (21h), Thomas Tuchel s'est montré très prudent en conférence de presse samedi, au moment d'évoquer le club de la Principauté.

Il y a quelques mois encore, une telle rencontre représentait un choc du haut de tableau. Il y a deux saisons, elle était même une affiche phare de la lutte pour le titre. Dimanche (21h) le match entre l'AS Monaco et le Paris Saint-Germain ne sera qu'un affrontement entre un leader qui écrase tout sur son passage (12 succès en 12 matchs) et l'avant-dernier de Ligue 1, qui n'a pas encore trouvé la bonne formule malgré l'arrivée de Thierry Henry. Mais ne comptez pas sur Thomas Tuchel pour prendre de haut un club qui est au fond du trou en Ligue 1 comme en Ligue des Champions : "Monaco est toujours un grand club de Ligue 1. C'est toujours dangereux de jouer là-bas car il y a beaucoup de qualité individuelle, avec par exemple Falcao et Rony Lopes qui sont des attaquants de top niveau", a-t-il assuré en conférence de presse samedi.

L'ex-coach du Borussia Dortmund a même expliqué que ce contexte particulier sur le Rocher représentait une certaine difficulté pour le club francilien dans la manière d'aborder ce match : "Leur situation est difficile, ils ont joué avec différents systèmes, avec beaucoup de joueurs. Donc c'est difficile de se préparer, car on ne sait pas ce qu'ils vont faire contre nous, a-t-il reconnu. Mais de l'autre côté, ce n'est pas important car nous devons jouer à notre meilleur niveau et nous sommes notre propre point de référence. Il y a beaucoup de choses à faire avec la possession, le contre-pressing, comment défendre. C'est à nous de montrer notre meilleur niveau".

Et c'est en fait sur ce dernier point que le technicien allemand a insisté. Après un contenu plutôt bon à Naples mardi (1-1), le PSG souhaite enchaîner une treizième victoire de rang sur la scène nationale. Une exigence dont Tuchel se porte garant : "La barre est placée très haute, je veux le même match que contre Lille (2-1), je veux la même intensité et la même attitude que contre Naples, je n'accepterai pas moins". Si le coach de 45 ans a souligné un "manque de chance pour avoir de meilleurs résultats en C1", il sait que cette excuse ne sera pas acceptable sur la scène nationale. Et compte bien le faire comprendre à ses joueurs semaine après semaine.