Les critiques sur sa vie privée, sa séparation, son test d'alcoolémie positif... Verratti se confie


Verratti s'explique
Verratti s'explique

Excepté sa blessure au début du mois de janvier, pour une entorse à la cheville, Marco Verratti réalise un début d'année 2019 canon. L'Italien, qui semble enfin débarrassé de ses pépins musculaires, est aussi beaucoup plus calme concernant sa vie extra-sportive. Interrogé par Le Parisien, "Petit Hibou" n'a pas caché son ras-le-bol vis-à-vis des critiques sur son hygiène de vie. "Ce que je déteste, c’est quand les gens ont des idées arrêtées sur moi. Mais, honnêtement, je m’en fiche. Chacun est libre de penser. On peut juger mes actes sur le terrain, sur ce que je peux apporter à l’équipe. Mais pas en dehors. J’entends toujours que je suis blessé à cause de mon hygiène de vie… Quand je me blesse à la cheville (NDLR : en janvier), ça n’a rien à voir, c’est un joueur qui me prend le pied. On dit des choses sur moi, sur d’autres, qui sont vraiment des conneries".

Verratti a également évoqué la séparation avec son ex-femme, survenue cet hiver. "La vie est comme ça, il peut tout se passer. J’ai commencé à être mature dès mes 19 ou 20 ans, l’âge auquel j’ai eu mon premier fils. Il m’a changé. C’est la plus belle chose que j’ai dans ma vie. J’ai deux enfants magnifiques. Ce sport te fait grandir plus vite. Souvent, les gens parlent comme si nous étions des extraterrestres, mais on est comme vous (il nous montre), on a des vies normales". Sans langue de bois, l'Italien est enfin revenu sur son test d'alcoolémie positif à l'automne dernier. "Parfois les gens oublient que nous sommes aussi des êtres humains. On a des jours de repos, on peut sortir avec des amis, la famille. Quand ça m’est arrivé, j’étais à un anniversaire, j’avais bu un peu plus que la limite autorisée pour un permis probatoire (NDLR : limité à 0,10 mg/l d’air expiré et contrôlé à 0,49 mg/l). J’ai des enfants, ça m’a fait comprendre des choses. Et je ne recommencerai plus."