PSG

Le fair-play financier reste dans l'ombre du club

Commentaire(s)
La fair-play financier et l'UEFA pourrait prochainement se tourner vers le PSG.
La fair-play financier et l'UEFA pourrait prochainement se tourner vers le PSG.

Suite à la lourde sanction prise par l'UEFA contre Manchester City vendredi, l'instance européenne a prouvé qu'elle pouvait s'en prendre aux cadors européens. Mais que risque le Paris Saint-Germain, un temps dans le viseur du fair-play financier ?

La stupéfaction a gagné la planète football vendredi soir, suite à l'annonce par l'UEFA d'une sanction prise contre Manchester City. En raison d'une surévaluation de contrats de sponsoring de la part d'un fonds d'investissements des Emirats Arabes Unis afin de contourner les règles du fair-play financier, l'instance de football a décidé d'exclure les Citizens de toutes compétitions européennes pour les deux prochaines saisons, ce à quoi s'ajoute une amende de 30 millions d'euros. Immédiatement, des questions sont nées en ce qui concerne le PSG, lui aussi dans le radar du gendarme financier il y a encore quelques mois.

Afin de rappeler le contexte, le tribunal arbitral du sport avait donné une réponse favorable le 19 mars 2019 suite à l'enquête ouverte pour étudier les finances du club parisien. Ainsi, le Paris SG n'est pas sous la menace de l'ICFC (instance de contrôle financier des clubs), pour le moment. En effet, la sanction prise contre Manchester City est due à une enquête rouverte sur la période 2012-2016. Mais depuis, le club français a réalisé des transferts faramineux avec les arrivées de Neymar (222M€) et Kylian Mbappé (180M€), entre autres. Si une enquête venait à être ouverte pour examiner l'équilibre financier du club ces dernières années, le PSG devrait donc se montrer convainquant.

"Le rapport Deloitte a montré que le club (...) est capable d'être auto-suffisant vis-à-vis de la puissance qatarie. On sait aussi que la Ligue 1 va voir ses droits TV augmenter, tout comme la Ligue des champions, donc le PSG aura toutes les armes en main pour prouver qu'il n'a rien à craindre" a expliqué Pierre Rondeau spécialiste de l'économie du sport, à RMC Sport. Pour prouver son bon équilibre financier, le PSG peut notamment s'appuyer sur l'augmentation de son nouveau contrat avec Nike (80M€ annuels jusqu'en 2032), sur son association avec 'Accor' (50M€ annuels) mais encore sur les revenus générés par son parcours en Ligue des Champions ou même sa balance positive lors du dernier mercato.