Lassana Diarra tient la corde... pour l'instant !

Lassana Diarra doit poursuivre sa montée en puissance...
Lassana Diarra doit poursuivre sa montée en puissance...

Sur le banc à l'aller, Lassana Diarra fait aujourd'hui figure de favori pour occuper le poste de sentinelle face au Real Madrid, au retour des 8es de finale de la Champions League, dans deux semaines.

Unai Emery nous l'a montré la semaine dernière : avec lui, aucune certitude n'existe sur son onze de départ jusqu'à ce qu'il ne l'inscrive sur sa feuille de match. Alors que tout le monde attendait la paire de centraux brésiliens Marquinhos-Silva, il a finalement choisi de glisser Presnel Kimpembe en défense. Et au milieu, là où la titularisation de Lassana Diarra semblait être la meilleure option pour opposer assez d'impact au milieu madrilène, c'est Giovani Lo Celso qui a eu le privilège de débuter sur la pelouse de Bernabeu.

Il faut donc se méfier avec les pronostics tentés sur les choix du technicien basque, qui plus est à deux semaines du match retour. Mais cela n'empêche pas d'établir une tendance et, à l'heure actuelle, se dégage celle d'une titularisation de Lassana Diarra au Parc des Princes, le 6 mars prochain. D'après Le Parisien, il est aujourd'hui le favori pour occuper le poste de sentinelle, alors que Lo Celso a déçu et que Thiago Motta ne bénéficie pas d'assez de temps de jeu depuis son retour à la compétition (56 minutes cumulées en 2018) pour espère retrouver le rythme à temps.

Une prestation convaincante face à Strasbourg

Aligné face à Strasbourg samedi (victoire 5-2), Diarra a certainement livré sa prestation la plus aboutie depuis son arrivée cet hiver. Pris de court sur l'ouverture du score d'Aholou, il s'est repris et a délivré une belle copie, davantage dans la production du jeu (70 ballons touchés, 92% de passes réussies dont une avant un tir, 5 dribbles réussis) que dans la récupération, où il n'a pas eu énormément de travail à effectuer (1 tacle, 1 interception). Le numéro 19 du PSG devra confirmer cette montée en puissance sur les trois matchs qui restent à jouer avant de retrouver le Real, et notamment deux face à un autre de ses anciens clubs, l'OM, que Paris s'apprête à recevoir deux fois en trois jours (les 25 et 28), en championnat puis en Coupe de France. Emery a encore largement le temps de changer d'avis...