La position d'Emery à nouveau menacée !

Unai Emery a subi un deuxième revers d'affilée mardi soir à Munich.
Unai Emery a subi un deuxième revers d'affilée mardi soir à Munich.

Deux jours après le couac du PSG sur la pelouse du Bayern Munich (3-1), l'avenir d'Unai Emery est de nouveau remis en cause. Certains, au club parisien, souhaiteraient même son départ cet hiver.

Nasser al-Khelaïfi avait la mine des mauvais jours, mardi soir à l'Allianz Arena. Après la terne prestation de Neymar et de ses coéquipiers, le président du PSG s'est tout de même efforcé de lâcher quelques mots au micro de BeIN Sports. Pour laisser exulter une colère froide, mais aussi pour lancer un avertissement. "En première mi-temps, on n’a pas joué, on n’était pas sur le terrain. Je suis très déçu du résultat, de la qualité du jeu, spécialement en première mi-temps. La deuxième était mieux mais pas assez pour gagner ou faire nul au minimum. On était venu ici pour gagner le match, pas pour perdre 3-1."

Bien sûr, le message ne s'adressait pas seulement aux joueurs et il fallait y voir, en sus, des remontrances adressées à Unai Emery, incapable de réveiller ses troupes, déjà battues trois jours plus tôt à Strasbourg (2-1). Deux défaites d'affilée, un coup de semonce du président ; il n'en fallait pas plus pour que l'avenir du coach basque revienne dans le coeur des débats et ce jeudi matin, L'Equipe révèle que sa position s'est considérablement fragilisée. Chez les hautes sphères du club de la Capitale, certains militeraient désormais pour que son départ soit réglé au plus vite. Si possible dès cet hiver, afin de ne pas compromettre les chances du PSG de rallier, enfin, le dernier carré de la Ligue des Champions.

Un plan de route que Nasser al-Khelaïfi, malgré sa franche déception de mardi soir, ne souhaite pas suivre. Le dirigeant qatari préfèrerait attendre la fin de la saison avant de montrer la porte de sortie à Emery, dont le contrat sera arrivé à son terme s'il n'emmène pas les siens en demi-finale de la C1 (une prolongation automatique d'un an est prévue en cas d'accession en 1/2). Pour le remplacer, les noms de Massimiliano Allegri (50 ans/Juventus), Antonio Conte (48 ans/Chelsea) et Diego Simeone (47 ans/Atlético) circuleraient déjà en interne.


Réagissez à l'article "La position d'Emery à nouveau menacée !"