L'UNFP prévient le PSG au sujet du cas Rabiot


L'UNFP menace le PSG au sujet de Rabiot.
L'UNFP menace le PSG au sujet de Rabiot.

Le Paris Saint-Germain a décidé cette semaine de mettre à pied Adrien Rabiot jusqu'au 27 mars suite à son récent comportement. Suite à cette décision, l'UNFP a réagi par l'intermédiaire de Philippe Piat, le coprésident du syndicat des joueurs. "Le PSG et Antero Henrique font n'importe quoi, c'est du harcèlement" , a-t-il d'abord déclaré, avant de poursuivre : "En France, il y a des règles de droit du travail. Les maladresses de Rabiot, que je ne cautionne pas, sont la conséquences des irrégularités du PSG et d'Antero Henrique, qui ont été condamnées par la commission juridique de la Ligue. Il a été envoyé s'entraîner avec le groupe 2 de manière anormale, inconsidérée, contraire à l'article 507 de la charte du football professionnel, ce qui a conduit la commission juridique à demander sa réintégration."

Le coprésident a ensuite indiqué que le joueur parisien avait officiellement fait appel au syndicat pour le défendre dans cette situation. "Rabiot nous a saisis officiellement pour le défendre contre les attaques du PSG. On envisage une procédure, peut-être au pénal, contre Antero Henrique pour harcèlement et une autre devant les prud'hommes contre le PSG, pour non-respect des dispositions de son contrat. Le PSG avance qu'il n'est pas allé au Qatar (lors du stage en janvier) et cette soirée (en boîte de nuit), le soir de l'élimination face à Manchester. Mais il n'a pas besoin d'être irréprochable puisqu'il ne joue plus. Tout ça parce qu'il veut respecter son contrat jusqu'au bout... Ce sont des menaces mises à exécution parce qu'il va au bout de son contrat et qu'il n'a pas envie de prolonger au PSG. C'est pourtant le droit de tout individu, footballeur ou pas".