Di Maria affiche son spleen

Angel Di Maria affiche son mal-être...
Angel Di Maria affiche son mal-être...

Sous-utilisé par Unai Emery, qui ne voit en lui qu'un joker de luxe derrière la MCN, Angel Di Maria a affiché son mal-être d'une manière on ne peut plus ostentatoire, mercredi. Sa situation l'inquiète et il le fait savoir...

Pas de bouche grande ouverte, pas de coeur avec les doigts. Angel Di Maria n'avait pas envie de fêter son but, le quatrième du PSG, mercredi soir à Anderlecht (0-4). À sa jolie pichenette sur Matz Sels, il a préféré ajouter quelques pas de course, les yeux fixés sur la pelouse et le visage impassible face à Neymar, venu le féliciter en lui sautant au cou. Un spleen qu'il traîne depuis plusieurs jours, apprend-on dans L'Equipe ce vendredi. Comme s'il avait un message à faire passer, à son entraîneur comme à ses dirigeants...

« Le fait de ne pas fêter son but était volontaire », confirme un proche du joueur dans les colonnes du journal. « Angel est inquiet et énervé de ne pas avoir de temps de jeu. » Utilisé à seulement huit reprises depuis le début de la saison (une seule fois comme titulaire sur les quatre derniers matchs), Di Maria ne se fait plus d'illusion sur son statut au PSG. Les arrivées de Neymar et Mbappé l'ont, comme prévu, relégué sur le banc de touche. Mais le pire, pour l'argentin, c'est qu'il avait tout prévu !

Un départ cet été ?

Voyant la concurrence se renforcer, El Fideo avait demandé fin août à ce que ses dirigeants revoient sa situation et ouvrent la porte à un transfert vers le FC Barcelone, qui cherchait alors à remplacer... Neymar. Seulement voilà, l'offre faite par le club catalan (environ 40 M€) n'a pas convaincu le PSG, qui avait payé 63 millions d'euros à Manchester United deux ans plus tôt. Et Unai Emery ayant clamé son importance au sein de son système de jeu (ce qu'il a réitéré récemment), Di Maria est finalement resté dans la Capitale. Mais combien de temps cette situation sera-t-elle tenable ?

À huit mois d'une Coupe du Monde pour laquelle l'Albiceleste s'est qualifiée in-extremis, l'international argentin reste bien évidemment très attaché à garder un temps de jeu suffisant pour que son statut de titulaire en sélection ne s'étiole pas de la même manière qu'au PSG. À moins que sa situation évolue dans les prochaines semaines, ce qui parait aujourd'hui difficilement imaginable, l'ancien Madrilène demandera donc sûrement à partir cet hiver. Et quand on sait que les dirigeants Parisiens seront en quête de liquidités pour compenser leurs folles dépenses de l'été dernier, l'hypothèse d'un départ prend automatiquement de l'épaisseur.


Réagissez à l'article "Di Maria affiche son spleen"