OM

Le Qatar inquiet par un rachat du club

Commentaire(s)
Le Qatar ne veut pas que l'OM soit racheté
Le Qatar ne veut pas que l'OM soit racheté

Propriétaire du PSG depuis 2012, le Qatar a vu avec inquiétudes les arrivées des différentes offres de rachat de l'OM. A la tête de celles-ci, des milliardaires du Golfe, prêts à concurrencer le pays du pétrole et du gaz, mais aussi le PSG. Le duel se fait désormais à deux étages.

Huit ans désormais que le Paris Saint-Germain est devenu la propriété du groupe Qatar Sport Investments. Depuis la rentrée d'argent dans le capital du club francilien, sept titres sont venus garnir le palmarès, des joueurs de renom ont fait leur apparition, et aucune équipe hormis Monaco en 2017 n'a été en mesure de contrer cette hégémonie. Car seul le club de la Principauté a su surprendre la Ligue 1 pour soulever le titre de champion de France. Un chemin que l'Olympique de Marseille aimerait bien suivre.

Dans les rumeurs de rachat en provenance de fonds étatiques basés sur le pétrole, l'eau et l'énergie, l'OM fait beaucoup de bruit depuis une semaine. Alors que Mohamed Ayachi Arjadi et Mourad Boudjellal ont présenté une offre à hauteur de 700 millions d'euros vendredi dernier, Le Parisien indique ce matin que le Qatar suspecte le prince saoudien Mohammed Ben Salmane de mener le dossier. Engagé dans une profonde rivalité avec l'Arabie Saoudite, le pays-père du PSG est de plus en plus inquiet par ces rumeurs.

Classico délocalisé dans le Golfe

"L'Arabie Saoudite et les Emirats arabes ont coupé leur relation avec le Qatar, principalement pour des divergences politiques à propos de leur vision sur la manière dont le Moyen-Orient devrait être gouverné", explique Nicholas McGeehan, directeur de l'ONG FairSquare Project dédié aux droits humains, expert de la région du Golfe. "Il y a un réel antagonisme personnel entre les monarques. Ils ne s'aiment pas. Le football est devenu un terrain de bataille pour exprimer cette rivalité. Le PSG est un joyau de la couronne pour le Qatar, et le pays utilise ce club de manière politique. La dernière chose que veut le Qatar, c'est voir leur plus grand club rival racheté par leur plus grand pays rival."

Marseille pourrait-il donc suivre la même voie que Newcastle, récemment racheté à 80 % par un fonds d'investissement saoudien ? La réponse se fera sans aucun doute attendre, notamment après les déclarations de Jacques-Henri Eyraud, qui a démenti une vente du club. En attendant, l'ONG ne cesse de remettre en cause les conditions de vie déplorables de nombreux travailleurs au Qatar et en Arabie Saoudite. Ces paroles sont entendues, mais n'empêchent pas les supporters de s'enthousiasmer quant à une reprise de leur club de coeur par des milliardaires. En cas de rachat de l'OM, le Clasico prendrait ainsi une véritable saveur golfique...