Trois Parisiens dans l'équipe-type de la 10e journée


Voici l'équipe-type de la 10e journée de Ligue 1, composée par la rédaction de MadeinFOOT. On y retrouve trois Parisiens, deux Lyonnais, un Montpelliérain, deux Nantais, un Caennais, un Marseillais et un Rémois.

L’ÉQUIPE-TYPE DE LA 10E JOURNÉE

  • Edouard Mendy (Reims) : totalement abandonné par sa défense contre Angers (1-1), le portier Rémois s'est montré décisif à cinq reprises. D'abord, par deux arrêts impressionnants (12ème, 48ème). Ensuite par des sorties inspirées dans les pieds d'attaquants Angevins, souvent cherchés dans le dos d'une charnière quelque peu dépassée. Déjà auteur de cinq clean-sheets cette saison, le gardien de 26 ans est une véritable révélation.
  • Bouna Sarr (Marseille) : d’abord positionné comme latéral droit dans une défense à quatre à Nice (0-1), il a souvent trouvé l’espace dans le dos de Boscagli et c’est ainsi qu’il a trouvé la faille pour offrir une passe décisive à Morgan Sanson, sa première de la saison en Ligue 1. Replacé plus haut par la suite, sur l'aile droite d'un 5-4-1, il a tenu bon comme le reste de la formation marseillaise.
  • Marcelo (Lyon) : toujours aussi solide derrière (5 dégagements, 3 tirs bloqués, 3 interceptions), le grand défenseur brésilien a fait apprécier son jeu long en trouvant Moussa Dembélé d’une passe lumineuse pour l’ouverture du score lyonnaise devant Nîmes (2-0).
  • Alexander Djiku (Caen) : difficile de ressortir une individualité dans le match insipide que se sont livrés Caen et Guingamp samedi (0-0)… Mais la prestation du défenseur Normand, qui a gagné 13 de ses 19 duels (record du match) et sauvé les siens devant Benezet juste avant la mi-temps, doit être soulignée.
  • Juan Bernat (PSG) : très décrié depuis son arrivée dans la Capitale cet été, l’espagnol a sûrement livré la meilleure prestation de son aventure parisienne face à Amiens (5-0), avec une passe décisive pour Draxler à la clé. Egalement très bon défensivement (5 tacles, 3 interceptions, 3 dégagements), il aurait offert une autre offrande à Cavani, plus tôt dans la rencontre, si l'uruguayen ne s'était pas troué seul face à Gurtner.
  • Adrien Rabiot (PSG) : un but, son tout premier de la tête sous les couleurs des Rouge-et-Bleu, une activité de tous les instants (79 ballons touchés), des passes précises (90% de réussite dans ce domaine) : le milieu de terrain parisien a encore rendu une copie très solide dans son jardin du Parc des Princes.
  • Tanguy Ndombele (Lyon) : efficaces devant et tenaces derrière, les Lyonnais ont surtout battu le NO grâce à la transition effectuée entre les deux par leur jeune milieu de terrain. Solide (7 duels gagnés), inspiré (87% de passes réussies), bien placé, le nouvel international tricolore continue de monter en régime, de bloquer les relances adverses et de lancer les contre-attaques. Ses passes aussi souvent réussies qu'utiles ont permis à l'OL d'assurer.
  • Gabriel Boschilia (Nantes) : positionné dans le couloir droit, il s’est avéré très utile dans le repli défensif (4 tacles réussis, 1 interceptions), mais s'est surtout montré décisif en délivrant une passe au serial-buteur Emiliano Sala (voir plus bas), puis en l’imitant pour inscrire le but du break dans le large succès des Canaris sur Toulouse (4-0).
  • Andy Delort (Montpellier) : toujours aussi combatif, il a exercé un intense pressing sur l’arrière-garde bordelaise et n’a pas compté ses efforts. Passeur pour Laborde quand ce dernier a été mis en échec par Costil et son poteau, il s’est montré décisif dans le deuxième acte en provoquant un pénalty qu’il a lui-même transformé pour sceller le succès montpelliérain (2-0).
  • Emiliano Sala (Nantes) : devenu le premier joueur Nantais à inscrire un triplé en Ligue 1 depuis 2006 (Mamadou Diallo avait fait de même contre Sochaux), l’attaquant argentin a inscrit ses 5ème, 6ème et 7ème buts de la saison (7 buts sur les 12 inscrits par son équipe cette saison) pour porter son équipe vers un succès probant. Il est déjà indispensable pour le nouveau coach Vahid Halilhodzic.
  • Angel Di Maria (PSG) : en l’absence de Neymar, el Fideo s’est mué en véritable maître à jouer du PSG contre Amiens, avec notamment 5 passes avant un tir, dont 2 se sont avérées décisives sur des corners parfaitement frappés (pour Marquinhos et Rabiot). En sus, il a tenté sa chance à deux reprises et s’est même plié au travail défensif dans son couloir (3 tacles réussis).