Justice

Al-Khelaïfi de nouveau dans le viseur de la justice française

Commentaire(s)
Nasser Al-Khelaïfi n'en a pas fini des démêlés avec la justice...
Nasser Al-Khelaïfi n'en a pas fini des démêlés avec la justice...

D'après des informations révélées par Mediapart, le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, aurait été placé sous le statut de "témoin assisté" dans une enquête sur une affaire de corruption liée à l'attribution de l'organisation de grands événements sportifs, dont les championnats du monde d'athlétisme au Qatar cette année.

Le président qatari du PSG a de nouveau affaire à la justice française. Vendredi soir, Mediapart a révélé que Nasser Al-Khelaïfi avait été entendu mercredi par le juge d'instruction du pôle financier Renaud Van Ruymbeke dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) concernant une affaire de "corruption" et "blanchiment aggravé" en rapport avec l'attribution de l'organisation des championnats du monde d'athlétisme au Qatar cette année. Celui qui est également président de la chaîne de télévision beIN a été placé sous le statut de "témoin assisté", un statut "intermédiaire entre celui de simple témoin et de mis en examen" indique Mediapart.

Des suites d'une enquête du PNF concernant des réseaux de corruption présumés concernant l'attribution des Jeux Olympiques 2016 et 2020, le nom de QSI serait apparu dans les recherches effectuées. Les soupçons de la justice résident autour de deux virements d'un montant total de 2.5M€ effectués en 2011 par la Société Oryx QSI (une société détenue à 50-50 par Nasser Al-Khelaïfi et son frère) à la société Pamodzi Sports Consulting, dont le chef d'entreprise se trouve être Papa Massata Diack, le fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack. En son temps, Diack Senior avait obtenu la gestion des droits marketing de la fédération.

Nasser Al-Khelaïfi assure n'être au courant de rien

Ainsi, Oryx QSI, dont Mediapart précise qu'il s'agit d'une société "totalement distincte du fonds souverain Qatar Sports Investments (QSI)", se serait "engagée à acheter auprès de la société de Papa Massata Diack les droits télévisés et marketing des mondiaux 2017 d’athlétisme, en vue de les revendre… à BeIn Sports, la chaîne qatarie présidée par Nasser al-Khelaïfi.". Le contrat d'achat de ces droits de retransmission s'élève à 28.8M€ mais une contrainte y ait stipulée : que "les championnats du monde IAAF 2017 soient attribués à Doha, Qatar, par le conseil de l’IAAF du 11 novembre 2011". Dans cette optique, un premier versement non-remboursable de 3.5 millions de dollars à Pamodzi est prévu à la signature dudit contrat.

Mercredi, face au juge, Nasser Al-Khelaïfi a assuré qu'il ne "savai[t] rien de ce contrat". Le président du PSG a ensuite expliqué qu'il ne détenait aucun "pouvoir de signature" et qu'il ne pouvait "engager la moindre dépense", "la seule personne ayant le pouvoir de signature" étant son frère Khalid, directeur général d'Oryx QSI. Le juge Van Ruymbeke devrait entendre d'autres personnes dans ce dossier dans les prochains jours, notamment Khalid Al-Khelaïfi.

Commentaire(s)