Les Brésiliens du PSG accrochés par la Suisse ! (résumé et notes)


Behrami a fait vivre une sale soirée à Neymar
Behrami a fait vivre une sale soirée à Neymar

Le Brésil a été accroché par la Suisse dimanche soir (1-1) pour son entrée en lice dans le Mondial russe. D'abord assez impressionnante et sereine, la Seleção a ensuite payé sa trop grande gestion et sa reprise timide. Tite et ses hommes repartent frustrés de la pelouse de Rostov.

Coupe du Monde 2018 - Groupe E
Brésil - Suisse : 1-1 (1-0)
Buts : Coutinho (20e) pour le Brésil - Zuber (50e) pour la Suisse

Le Portugal et l'Espagne dos à dos, la France en grande difficulté devant l'Australie, l'Argentine accrochée par l'Islande et l'Allemagne battue par le Mexique : l'entrée en matière a été loin d'être évidente pour les premiers favoris en lice depuis le début de la Coupe du Monde. Dimanche soir, c'était au tour du Brésil de donner de ses nouvelles. Car si les fidèles n'ont pas manqué la progression de la sélection de Tite ces dernières années, bon nombre d'amateurs avaient comme dernière image de la Seleção sa terrible désillusion contre l'Allemagne en 2014 (1-7), en demi-finale du Mondial organisé sur ses terres. Et pour ce retour aux choses sérieuses, Neymar et ses coéquipiers ont été bousculés.

Un Brésil tout en maîtrise...

Les Auriverde ont d'abord dégagé une grande sérénité et affiché tous les ingrédients qu'on attend d'une telle nation. D'une frappe enroulée absolument superbe des 20 mètres, Philippe Coutinho a validé par sa spéciale une entame brésilienne très convaincante (20eme). Dangereux, le Brésil a également pris le soin d'inquiéter Sommer et sa défense sur des phases de projections rapides, à l'image de la grosse occasion de Paulinho (12e) mais également sur coups de pied arrêtés, avec un Thiago Silva proche de doubler la mise juste avant la pause. Mais cette Seleção a aussi prouvé qu'elle avait les qualités pour très bien défendre. Si le couloir gauche occupé par Marcelo et Neymar - et qui a souvent laissé Lichtsteiner totalement seul - n'en est pas le meilleur exemple, la sélection entraînée par Tite a globalement affiché une vraie solidité dans le premier acte, de sa charnière au gros travail de repli de Wilian.

...puis en trop grande gestion

Sans dominer outrageusement, c'est donc un Brésil serein que l'on a vu évoluer à Rostov. Presque trop, par moments. Après avoir ouvert le score, Coutinho et ses coéquipiers ont semblé lever le pied, se contentants de faire tourner le ballon sans pour autant afficher une possession de balle largement supérieure. Neymar a commencé à beaucoup toucher le ballon sans être efficace, Paulinho n'a plus affiché le même volume de courses et Danilo a été invisible dans son couloir droit. Ajoutez à cela une passivité défensive à la reprise, et la Suisse ne s'est pas faite prier pour égaliser sur corner, profitant du marquage trop tendre de Miranda sur Zuber (50e). Derrière, la fluidité offensive n'a plus été la même. Casemiro (58e) et Fernandinho (67e) ont tenté de loin sans grande conviction alors que Coutinho (70e) et Firmino (82e) ont manqué de précision. En toute fin de match, c'est Sommer qui s'est chargé d'écoeurer Firmino (90e) avant que Miranda ne manque le cadre de très très peu (91e). Un réveil un brin tardif.

Deux visages pour la Nati

La Nati, de son côté, a eu pour mérite de progresser dans son match. Timides et perdus en première période, les hommes de Vladimir Petkovic ont relevé la tête dans le deuxième acte, dans le sillage d'un Behrami premier relanceur et surtout excellent dans la récupération et dans son travail de harcèlement sur Coutinho et Neymar, entre autres. Capables de tenir le ballon, les Suisses ont fait perdre leurs repères à leurs adversaires du soir en se montrant solides - grâce notamment à un excellent Akanji - et entreprenants par moments, profitant du culot de Shaqiri. Un exploit presque aussi grand que celui du Mexique, tombeur de l'Allemagne plus tôt dans la journée. Et une confirmation : celle que ce début de Mondial n'a rien d'une formalité pour les gros.

LES NOTES

Brésil : Alisson (5) - Danilo (4), T.Silva (6), Miranda (4), Marcelo (cap.) (5) - Paulinho (5), Casemiro (5), Coutinho (6) - Willian (4), Jesus (5), Neymar (5)

Suisse : Sommer (6) - Lichtsteiner (6), Schär (5), Akanji (7), R.Rodriguez (5) - Behrami (7), Xhaka (5) - Shaqiri (6), Dzemaili (4), Zuber (5) - Seferovic (5)