Di Maria, Lo Celso et l'Argentine concèdent le nul contre l'Islande (résumé et notes)


Messi a manqué un penalty
Messi a manqué un penalty

L'Argentine a concédé le match nul face à l'Islande (1-1), samedi après-midi, pour son entrée en lice dans le Mondial russe. En manque d'inspiration offensive, l'Albiceste a vu Lionel Messi rater un penalty.

Coupe du Monde - Groupe D
Argentine - Islande : 1-1 (1-1)
Buts : Agüero (19eme), pour l'Argentine - Finnbogason (24eme) pour l'Islande

Pas forcément citée spontanément au moment d'évoquer les nations favorites dans ce Mondial, l'Argentine faisait son entrée en lice ce samedi après-midi, face à l'Islande. Le tout quatre ans après sa finale perdue face à l'Allemagne (1-0). Sigurdsson et ses coéquipiers, eux, comptaient bien surfer sur la dynamique instaurée lors d'un Euro 2016 très convaincant en France. Deux objectifs différents et deux styles totalement opposés : beaucoup de point d'interrogations entouraient cette rencontre. Et après un très peu emballant France - Australie, le début de match, un peu fou sur les bords et très rythmé, a laissé présager une rencontre passionnante. A la demi-heure de jeu, Agüero avait déjà eu le temps d'ouvrir le score pour d'une belle frappe en pivot pour l'Albiceste, et Finnbogason de répondre en renard des surfaces. Mais après ces 30 premières minutes de jeu, le rythme a pris un coup et les deux formations ont montré leur vrai visage.

Une possession stérile pour l'Argentine, Messi rate le coche

Avec une possession largement en sa faveur, la sélection entraînée par Jorge Sampaoli a contrôlé les débats en se montrant souvent plus menaçante que dangereuse. Avant l'ouverture du score d'Agüero, il y a bien eu ce coup-franc de Messi dévié par Tagliafico (8eme), ou encore la lourde frappe de la Pulga (17eme). A part cela ? Pas grand chose. La star du Barça s'est baladée entre les lignes et a souvent essayé de combiner avec Di Maria. Mais les services du Parisien - très moyen samedi - étaient souvent trop téléphonés. L'entrée de Banega à la place de Biglia a apporté un peu plus de liant au jeu argentin, sans véritablement régler un certain problème de verticalité et d'inspiration dans les 30 derniers mètres. Pourtant, l'Albiceste a cru pouvoir se sortir de ce pétrin sur un penalty assez généreusement accordé à Meza pour un contact avec Magnusson sans ballon. Mais Messi n'a pas mis assez de puissance au moment d'ouvrir son pied et Halldorsson s'est bien couché sur sa droite pour rendre plus terne encore la performance du Barcelonais, qui a ensuite trop souvent cherché à faire la décision tout seul (onze tirs).

L'Islande fidèle à elle-même

De son côté, l'Islande est restée fidèle à ses principes de jeu. Après avoir pressé assez haut et mis beaucoup de rythme durant la première demi-heure, le sélection de Heimir Hallgrimsson a fini par se retrancher dans son camp et faire bloc face au jeu de possession argentin. Avec beaucoup de courage mais surtout de rigueur. A l'image de sa charnière, véritable mur, et de sa paire de récupérateurs Gunnarsson - Hallfredsson, qui a abattu un superbe travail de l'ombre dans l'entrejeu. Mais les Vikings, accompagnés par les "Ahou" de leurs supporters, n'ont pas oublié de se montrer dangereux offensivement pour autant. Bjarnason aurait bien pu ouvrir le score en début de match après une relance ratée de Caballero, et ce dernier s'est ensuite superbement employé sur une frappe de Sigurdsson. Les Islandais ont profité d'une certaine fébrilité de l'arrière garde sud-américaine par moments et ont imposé un défi physique auquel Mascherano et les siens ont eu du mal à répondre. Dans les buts, Halldorsson a également su endosser - ponctuellement - le costume de héros. En repoussant le penalty de Messi, bien sûr, mais également en s'employant superbement sur un centre fuyant de Pavon en fin de match (88eme).

Des ingrédients suffisants pour faire le plein de confiance d'entrée dans cette Coupe du Monde, en faisant passer un message : l'Islande ne sera facile à jouer pour aucune nation. L'Argentine, de son côté, ne débute pas sa compétition de la meilleure des manières. Et c'est un euphémisme...

LES NOTES

ARG : Caballero (5) - Salvio (4), Otamendi (6), Rojo (5), Tagliafico (5) - Mascherano (5), Biglia (4) - Meza (4), Messi (cap.) (5), Di Maria (4) - Agüero (5)

ISL : Halldorsson (7) - Saevarsson (5), Arnason (6), Sigurdsson (6), Magnusson (4) - Gunnarsson (cap.) (6), Hallfredsson (6) - Gudmundsson (5), Sigurdsson (6), Bjarnason (4) - Finnbogason (6)